fleche_rouge_droit.gif Attention pour pouvoir visualiser les informations, il est préférable de vous connecter avec votre nom et mot de passe. ​

 
Les 5 dernières nouvelles

Tous les juges F3A (Stagiaires,Agréés,Nationaux) appelés à juger des concours F3A.

Je vous demande de bien vouloir remplir le formulaire(ci-dessous) 

Ce formulaire est destiné au bilan annuel des juges F3A pour l'année 2017.

Tous les juges F3A (Stagiaires,Agréés,Nationaux) appelés à juger des concours F3A.

Je vous demande de bien vouloir remplir le formulaire(ci-dessous) 

Ce formulaire est destiné au bilan annuel des juges F3A pour l'année 2017.

Fermer Fermer



REMARQUES ET ENSEIGNEMENTS SUITE AUX CHAMPIONNATS D’EUROPE 2016

            Comme il est d’usage deux briefings ont été organisés pour les juges afin de discuter chacun des programmes, en l’occurrence les P17 et F17. Ils ont été animés par Michael RAMEL.

            L’accent a particulièrement été porté sur l’importance de la géométrie comme critère essentiel du jugement. La volonté clairement annoncée est de renforcer encore son poids dans les années à venir.

            Second rappel d’importance :    le système de jugement est basé sur un principe de déduction de points, il n’y a pas de place à des bonifications notamment en raison du style.

            Pour le dire de façon triviale, c’est bien aussi si le vol est agréable à regarder mais ce n’est plus aujourd’hui suffisant pour faire des points. Comme le précise abondamment le Code Sportif les figures doivent être dans le cadre, centrées, proportionnées, avec une entrée et une sortie visibles.

            A l’intérieur de chacune des figures les rayons se doivent d’être identiques et à l’intérieur de chaque figure le taux de roulis des tonneaux doit également être constant.

            En tout état de cause et quelles que soient les conditions le pilote doit toujours présenter son modèle de façon à ce que le juge puisse le voir évoluer dans les meilleures conditions.

En pratique :   La tendance depuis quelques années est d’avoir des vols coulés et souples où un tonneau est plutôt lent parce que c’est plus joli à regarder. Les nouveaux programmes ont été conçus pour notamment casser cette habitude.

            Concrètement, dans le P17 ça commence dès la figure 3 avec le tranche/tranche : on attend deux fois du vol tranche de bonne taille, si le tonneau entre les deux n’est pas rapide c’est fichu (ou les passages tranche sont trop courts ou on a un souci avec les entrée et sortie de figure).

            Pareil pour la bouche hexagonale, si c’est un tonneau lent qui est effectué dans la branche basse il va y avoir un gros souci de proportion dans les portions droites.

Les figures à zéro :  Si une manœuvre est notée 0 parce qu’elle n’a pas été exécutée (la vrille n’est pas une vrille, le renversement est une cloche, il manque un tonneau dans une figure, etc …), les juges doivent en informer le chef de piste, cela veut dire qu’ils en parlent aussi entre eux immédiatement à la fin du vol sans nécessairement avoir à changer leur note.

            Dans les figures où les difficultés sont combinées, si l’élément non réalisé est un renversement ou une vrille, l’ensemble de la figure est noté 0. (Pour rappel si c’est le déclenché qui n’est pas conforme on sanctionne en retirant au moins 5 points).

Les manœuvres exécutées en bout de cadre :

            Elles sont généralement considérées comme des figures de repositionnement, les hauteurs d’entrée et de sortie peuvent donc être différentes.

La danse de clown est de celles-ci, les pilotes peuvent donc sortir plus bas si ça les aide à conserver le même rayon de sortie que celui utilisé dans la demi-boucle.

La présentation de « l’instant tranche » : Les manœuvres sont jugées sur la géométrie et pas le timing.

Toutefois certaines figures comme la n°13 du P17 (triangle) ou la n°3 du F17 (deux fois 1 tonneau ½ déclenchés en sens opposés) sont délicates à définir lorsqu’il est question de la durée pendant laquelle le modèle doit évoluer en vol tranche.

            S’il ne doit pas y avoir de ligne droite entre deux tonneaux en sens opposés, le pilote doit toujours présenter son modèle de façon à ce que le juge puisse apprécier les figures. Aussi la transition entre ces deux phases doit-elle être marquée, l’image peut-être la plus parlante serait d’avoir une notion de ‘clic’, rapide mais visible quand même.

 (article de Nicolas BLEAS)​

REMARQUES ET ENSEIGNEMENTS SUITE AUX CHAMPIONNATS D’EUROPE 2016

            Comme il est d’usage deux briefings ont été organisés pour les juges afin de discuter chacun des programmes, en l’occurrence les P17 et F17. Ils ont été animés par Michael RAMEL.

            L’accent a particulièrement été porté sur l’importance de la géométrie comme critère essentiel du jugement. La volonté clairement annoncée est de renforcer encore son poids dans les années à venir.

            Second rappel d’importance :    le système de jugement est basé sur un principe de déduction de points, il n’y a pas de place à des bonifications notamment en raison du style.

            Pour le dire de façon triviale, c’est bien aussi si le vol est agréable à regarder mais ce n’est plus aujourd’hui suffisant pour faire des points. Comme le précise abondamment le Code Sportif les figures doivent être dans le cadre, centrées, proportionnées, avec une entrée et une sortie visibles.

            A l’intérieur de chacune des figures les rayons se doivent d’être identiques et à l’intérieur de chaque figure le taux de roulis des tonneaux doit également être constant.

            En tout état de cause et quelles que soient les conditions le pilote doit toujours présenter son modèle de façon à ce que le juge puisse le voir évoluer dans les meilleures conditions.

En pratique :   La tendance depuis quelques années est d’avoir des vols coulés et souples où un tonneau est plutôt lent parce que c’est plus joli à regarder. Les nouveaux programmes ont été conçus pour notamment casser cette habitude.

            Concrètement, dans le P17 ça commence dès la figure 3 avec le tranche/tranche : on attend deux fois du vol tranche de bonne taille, si le tonneau entre les deux n’est pas rapide c’est fichu (ou les passages tranche sont trop courts ou on a un souci avec les entrée et sortie de figure).

            Pareil pour la bouche hexagonale, si c’est un tonneau lent qui est effectué dans la branche basse il va y avoir un gros souci de proportion dans les portions droites.

Les figures à zéro :  Si une manœuvre est notée 0 parce qu’elle n’a pas été exécutée (la vrille n’est pas une vrille, le renversement est une cloche, il manque un tonneau dans une figure, etc …), les juges doivent en informer le chef de piste, cela veut dire qu’ils en parlent aussi entre eux immédiatement à la fin du vol sans nécessairement avoir à changer leur note.

            Dans les figures où les difficultés sont combinées, si l’élément non réalisé est un renversement ou une vrille, l’ensemble de la figure est noté 0. (Pour rappel si c’est le déclenché qui n’est pas conforme on sanctionne en retirant au moins 5 points).

Les manœuvres exécutées en bout de cadre :

            Elles sont généralement considérées comme des figures de repositionnement, les hauteurs d’entrée et de sortie peuvent donc être différentes.

La danse de clown est de celles-ci, les pilotes peuvent donc sortir plus bas si ça les aide à conserver le même rayon de sortie que celui utilisé dans la demi-boucle.

La présentation de « l’instant tranche » : Les manœuvres sont jugées sur la géométrie et pas le timing.

Toutefois certaines figures comme la n°13 du P17 (triangle) ou la n°3 du F17 (deux fois 1 tonneau ½ déclenchés en sens opposés) sont délicates à définir lorsqu’il est question de la durée pendant laquelle le modèle doit évoluer en vol tranche.

            S’il ne doit pas y avoir de ligne droite entre deux tonneaux en sens opposés, le pilote doit toujours présenter son modèle de façon à ce que le juge puisse apprécier les figures. Aussi la transition entre ces deux phases doit-elle être marquée, l’image peut-être la plus parlante serait d’avoir une notion de ‘clic’, rapide mais visible quand même.

 (article de Nicolas BLEAS)​

Fermer Fermer